Préparer de l’eau de saule, une hormone de bouturage naturelle


Cela fait longtemps que j’entends parler de l’eau de saule, et j’avais bien envie de tester d’en faire ! Vous connaissez ? L’eau de saule est une hormone de bouturage naturelle. Les tiges du saule libèrent de l’auxine et de l’acide salicylique, qui favorisent l’enracinement de vos boutures 🌱

Pour préparer votre eau de saule, c’est tout simple. La seule difficulté est d’avoir un saule, qu’importe l’espèce, sous la main. Personnellement, j’ai réussi à en trouver rapidement en faisant le tour de mon quartier !

Je vous présente ici la version la plus rapide pour en préparer. Il existe d’autres méthodes, mais qui demandent plus de temps 😊

Je vous ai aussi préparé un petit tuto vidéo ici.

Coupez des branches fines de saule.
Enlevez les feuilles.
Coupez les branches en petits morceaux ✂️
Ecrasez-les légèrement (à l’aide d’un marteau par exemple).
Laissez macérer pendant 24 à 48h dans de l’eau.
L’eau va devenir couleur thé 👌🏼


Pour le ratio branches/eau, je n’ai pas réussi à trouver d’informations précises sur le sujet, j’ai fait au feeling. En sachant que plus vous mettrez de branches à macérer, plus votre eau de saule sera concentrée.
Vous pouvez utilisez l’eau de saule pour le bouturage en eau, en terre, ou même l’arrosage de vos plantes nouvellement plantées ! Pour le bouturage en terre, il vous suffit d’enduire la base de vos boutures ou de les laisser tremper dans l’eau de saule 24h avant de les planter.

Bon à savoir : il faut utiliser l’eau de saule rapidement (sous 48h), car son efficacité décroît rapidement. Si vous en faites des grandes quantités, vous pouvez la garder une semaine au frigo et quelques mois au congélateur. Mieux vaut préparer des quantités adaptées à vos besoins immédiats 😊

C’est quand même plus sympathique et économique que d’acheter de l’hormone de bouturage de synthèse, non ? Qui va tester ? 🌱

Pour d’autres conseils de bouturage, n’hésitez pas à parcourir notre rubrique Bouturer ses plantes.

Si mes articles vous sont utiles, n’hésitez pas à me soutenir via la plateforme de dons Utip. Chaque petit don compte !

Un Commentaire

  1. J’ai pu observer la différence de vitesse (et de succès) d’apparition de racines dans l’eau avec ou sans hormones de bouturage.
    Je me lance dans le bouturage de jasmin étoilé, chèvrefeuille, grevillea… : dès que j’ai l’opportunité de récolter des branches de saule, je teste cette recette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *