Bouturer votre chaîne de coeurs : 4 méthodes


Si vous avez une chaîne de coeurs (ou ceropegia woodii), vous savez à quel point il est facile de se retrouver avec des lianes trèèès longues en un clin d’oeil ! C’est une plante que vous pourrez tailler sans hésiter ✂️ . Cela vous permettra de faire des boutures pour étoffer votre pot ou les donner/échanger autour de vous, et cela stimulera l’apparition de nouvelles pousses sur les tiges que vous avez coupé. Quelques temps après la taille, une voire deux nouvelles pousses apparaissent généralement au niveau du noeud le plus proche 😊

Il y a quelques années, j’ai récupéré quelques boutures de cette plante grâce un échange. Depuis, je l’ai bouturé à de nombreuses reprises pour obtenir un pot joliment étoffé. Je vous partage ici 4 méthodes différentes de bouturage que j’ai eu l’occasion de tester, qui présentent toutes des avantages et des inconvénients 🌱

Le bouturage de tiges dans l’eau

Sans aucun doute la méthode de bouturage la plus classique !

Il vous suffit de couper vos tiges de chaîne de coeurs sous un noeud, et de les mettre dans l’eau. Immergez le ou les noeuds les plus bas sur votre tige, c’est de là que vos futures racines sortiront. N’hésitez pas à enlever les feuilles autour des noeuds immergés, pour éviter qu’elles pourrissent dans l’eau. Comptez environ une à deux semaines pour voir les premières racines apparaître.

Comment repérer les noeuds ? Il s’agit des intersections sur votre tige d’où partent votre couple de feuilles. Si vous voulez maximiser vos chances, bouturez un bout de tige avec un caudex : les racines en sortent encore plus facilement. Il s’agit des petites « boules » blanches qui se forment parfois sur votre tige.

J’ai remarqué que l’on a de meilleures chances que notre bouture prenne si le bout de tige destiné à être dans l’eau est violet, plutôt que vert. Lorsque la tige est verte, elle est encore trop « jeune » et fine, et tend plus facilement à pourrir. Lorsqu’elle est violette, elle est plus mature et plus résistante.

Le marcottage

Vous avez tenté de bouturer un bout de votre ceropegia dans l’eau, et il a pourri ? Ou bien il a raciné, mais il n’a pas supporté la mise en terre ? Pourquoi ne pas tenter le marcottage ! C’est une méthode de bouturage plus « sûre » : elle évite le risque de pourrissement de vos boutures, et leur épargne le stress de la transition de l’eau vers la terre.

Ayant une seule et unique tige de chaîne de coeurs variegata, j’avais trop peur de la couper et que les boutures ne prennent pas…. Je l’ai donc marcotté 😉

Comment procéder ? Plutôt que de couper votre tige lorsqu’elle commence à devenir assez longue, il vous suffit de dénuder un ou deux noeuds au milieu de la tige, et de les replanter dans la terre de votre pot ou d’un autre pot (selon si vous voulez étoffer votre pot initial ou si vous voulez en faire un autre pot). Ces noeuds vont progressivement donner naissance à des racines. Une fois bien enracinés, vous pourrez couper le cordon avec la tige mère ! Si vous avez marcotté dans le même pot, cette étape n’est pas obligatoire.

Je vous ai préparé un petit tuto vidéo ici.

Le bouturage de noeuds ou la méthode « papillon »

Cette méthode de bouturage vous permet de produire plusieurs boutures à partir d’une seule tige. Il vous suffit de prélever une tige de votre chaîne de coeurs et de la découper entre chaque noeud. Vous obtiendrez plusieurs couples de feuilles avec leur noeud, que vous allez bouturer à l’étouffée. Si elle est plus « productive », cette méthode est plus lente : il faudra vous armer d’un peu de patience pour obtenir de nouvelles tiges à partir de vos noeuds.

Je vous ai préparé un petit tuto vidéo ici.

Pour bouturer à l’étouffée, vous aurez besoin d’improviser une petite serre. Une petite boîte en plastique du style tupperware et son couvercle feront très bien l’affaire par exemple. Personnellement, j’ai bouturé dans de la sphaigne, mais certains les bouturent directement en terre. Remplissez votre serre improvisée de sphaigne préalablement humidifiée. Déposez vos petites boutures dans la sphaigne (il faut que les noeuds soient légèrement enfoncés dedans) et refermez votre serre. L’effet de serre gardera vos noeuds dans une ambiance chaude et humide, propice à leur enracinement et à la formation de nouveaux départs. Une fois que vous aurez obtenu de belles tiges, vous pourrez les replanter en terre.

Pensez à bien aérer régulièrement, sinon vos boutures risquent de pourrir. Normalement, l’effet serre maintiendra votre sphaigne humide. Si elle devenait trop sèche, n’hésitez pas à la ré-humidifier de temps en temps (avec parcimonie, comme toujours tout est une question d’équilibre).

Le bouturage de feuilles

Il est aussi possible de bouturer de simples feuilles, sans noeuds. Toutefois, le taux de succès de cette méthode de bouturage est assez aléatoire. Mais si vous cassez par inadvertance des feuilles en bonne santé sur votre plante (ce qui m’arrive assez fréquemment), c’est le moment où jamais de tenter votre chance !

Même système que pour la méthode précédente, vous devrez bouturer vos feuilles à l’étouffée. Déposez les feuilles sur de la sphaigne légèrement humide de manière à ne plus voir leurs petites tiges. Toutes les feuilles ne prendront pas, c’est tout à fait normal. Attendez-vous à en voir plusieurs mourir, qu’elles sèchent ou qu’elles pourrissent. Pour les plus vaillantes, vous verrez apparaître des petites racines au bout de la tige au bout de quelques temps. Et avec beaucoup de patience, vous verrez se former un caudex, puis les premiers signes de repousse ! Attention le processus est très lent, il peut prendre jusqu’à un an !

Personnellement, je n’en suis qu’au tout début : les premières racines ont pointé le bout de leur nez.

Est-ce que vous connaissiez déjà toutes ces méthodes de bouturage ? Quelle est votre favorite ? 😊 Personnellement, j’avoue que j’ai le plus souvent tendance à la bouturer dans l’eau, mais j’utilise de plus en plus le marcottage !

Pour d’autres conseils de bouturage, n’hésitez pas à parcourir notre rubrique Bouturer ses plantes.

Si mes articles vous sont utiles, vous pouvez désormais me soutenir sur la plateforme de dons Utip.

9 Commentaires

  1. Bonjour,
    Détaillé et efficace ta revue, je viens d’acquérir une chaîne des coeurs magnifique, je vais suivre tes précieux conseils, et en offrir autour de moi. A bientôt !

  2. J’ai testé le bouturage de feuilles en sphaigne. Effectivement c’est long, et ça ne marche pas a tous les coups, mais ça permet d’essayer de sauver les feuilles cassées!

  3. Super ! Très clair ! Pour ma part c’est dans l’eau 😍🌿 que je réussis à chaque fois ! Très intéressant en tout cas . Merci 🌱

  4. Hello !
    J’ai tenté le marcotage avec plusieur lianes de ma ceropedia sylver, ça fais un moment que c’est en terre … j’ai l’impression que cela a fonctionné 😍 Merci beaucoup pour cet article détaillé, j’ai hâte de lire les autres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.