Tester le marcottage aérien


C’est parti pour parler de marcottage aérien ! 🌱 Est-ce que vous avez déjà essayé cette technique de bouturage ? C’est une méthode très simple et souvent plus sûre que le bouturage classique !

Lorsqu’on coupe notre plante pour la bouturer, il y a toujours un petit risque que la bouture ne prenne pas… Avec le marcottage, le but est d’obtenir des racines sur une tige AVANT de la séparer de la plante mère. Les deux types de marcottage les plus connus sont le marcottage aérien et le marcottage par couchage. J’ai récemment testé le marcottage aérien, et je voulais vous partager cette expérience ! 😊

On voit le plus souvent cette méthode utilisée sur des arbres ou arbustes, mais vous pouvez tout à fait l’utiliser pour vos plantes d’intérieur 😉 Attention, certaines plantes se prêtent plus que d’autres au marcottage aérien. Il marche très bien sur les monsteras et les ficus par exemple ! Les photos de l’article proviennent d’un test réalisé sur mon irésine, qui a très bien fonctionné. Je vais bientôt tester aussi sur mon philodendron hastatum.

Je vous ai préparé une petite vidéo tuto ici.

Matériel nécessaire

Pour réaliser votre marcottage aérien, vous aurez besoin de…

  • Un pot en plastique (certains préfèrent utiliser des pochons plastiques)
  • Une paire de ciseaux
  • De la sphaigne
  • Optionnel : du cellophane

Il existe aussi des boules de marcottage prêtes à être utilisées, que vous pouvez acheter. Il suffit de les remplir de sphaigne et/ou de terreau et les placer sur la tige à marcotter.

Tutoriel pas à pas

Munissez-vous d’un pot en plastique. Il faut qu’il ait une taille adaptée à la taille de la tige que vous allez marcotter.
Découpez-le sur sa longueur de façon à pouvoir l’écarter et le placer autour de votre tige sans problèmes.
Découpez un trou au centre du fond de votre pot…
… pour pouvoir y faire passer la tige de votre plante.
Placez votre pot autour de la tige à marcotter, au niveau d’un noeud pour que la plante puisse raciner. Enlevez au préalable les feuilles si nécessaire.
Remplissez le pot de sphaigne humide.
Maintenez la sphaigne humide pour favoriser le développement de racines. Arrosez-la ou pulvérisez-la régulièrement.
Pour éviter que la sphaigne ne sèche trop vite, vous pouvez mettre du cellophane autour du pot.
Vérifiez de temps en temps où en sont les racines. Lorsque vous voyez de belles racines comme ici, c’est l’heure d’enlever délicatement votre pot !
Délivrez doucement vos racines de la sphaigne (pas comme une brute comme moi, j’ai cassé la moitié des racines au passage…)
Il ne vous reste plus qu’à couper votre bouture racinée pour la séparer de la plante mère.
Bien racinée, votre bouture est prête à être plantée en terre !

Certains conseillent d’inciser la tige sous un noeud pour favoriser son enracinement. Ici je n’en ai pas ressenti le besoin, ça a pris tout seul 🤗

J’espère que ce petit article vous aura été utile ! N’hésitez pas si vous avez des questions 😊 Et pour d’autres conseils de bouturage de vos plantes, n’hésitez pas à parcourir notre rubrique Bouturer ses plantes.

Si mes articles vous plaisent, n’hésitez pas à me soutenir via la plateforme de dons Utip. Chaque petit don compte !

4 Commentaires

  1. Super article ! Ça semble être une très bonne façon de bouturer sans abîmer la plante si ça ne fonctionne pas. J’ai hâte de tenter ça ☺️

  2. Trop chouette comme technique j’ai toujours peur que mes boutures meur donc c’est une superbe idée 💡 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *