Lutter contre les pucerons


Les pucerons, ou aphides, comptent parmi les insectes nuisibles les plus fréquents sur nos plantes ! Vivant en colonies, il n’est pas rare qu’ils envahissent nos plantes à partir du printemps. Découvrez comment identifier et lutter naturellement contre les pucerons.

👉 Vous aimerez peut être découvrir aussi comment protéger vos plantes des escargots et limaces.

Reconnaître une infestation de pucerons sur vos plantes

Les pucerons, des insectes piqueurs suceurs

Les pucerons sont des insectes piqueurs et suceurs mesurant entre 2 et 5 millimètres. Ils s’installent sur nos plantes et se nourrissent de leur sève. Ils vivent en colonies sur le tige et l’arrière des feuilles de nos plantes au jardin.

Ils sont particulièrement actifs au printemps et en été. Et la mauvaise nouvelle, c’est qu’ils prolifèrent TRÈS rapidement.

Le saviez-vous ? Les pucerons ont la capacité de se reproduire sans s’accoupler (reproduction asexuée). Ce mode de reproduction favorise une croissance très rapide de leur population !

5 000 espèces de pucerons : ils n’épargnent aucune plante !

Attention, ça donne le tournis : il existe plus de 5 000 espèces de pucerons (ou aphides) ! Vert, noir, jaune, blanc, ils nous en font voir de toutes les couleurs.

Plantes vertes, plantes fleuries, arbres fruitiers, potager… aucune plante n’est épargnée par les pucerons !

Parmi les pucerons les plus fréquemment rencontrés, l’on retrouve :

  • Le puceron vert : sur les rosiers, les fruitiers, et au potager.
  • Le puceron noir : de la fève, du cerisier.
  • Le puceron cendré : du chou, du pommier.
  • Le puceron jaune : c’est un habitué des lauriers roses (les miens n’y coupent pas chaque année).
  • Le puceron lanigère du pommier : avec son manteau blanc et cotonneux, il ressemble à s’y méprendre à des cochenilles.
Infestation de pucerons jaunes sur laurier rose
Les pucerons jaunes raffolent de mes lauriers roses…

Quels sont les dégâts causés par les pucerons ?

En début d’infestation, les pucerons peuvent parfois passer inaperçus. La présence de fourmis sur vos plantes peut vous donner la puce à l’oreille. Ces dernières organisent de véritables élevages de pucerons et les protègent de leurs prédateurs.

Les plantes infestées de pucerons souffrent généralement d’un affaiblissement général, d’un ralentissement de la croissance, d’une déformation des feuilles. Les pucerons peuvent être la porte d’entrée de champignons et de maladies.

Par ailleurs, les pucerons sécrètent du miellat, une substance collante et sucrée particulièrement appréciée par les fourmis. Si vos plantes deviennent collantes, vérifiez s’il n’y a pas des pucerons (ou des cochenilles farineuses) ! Le miellat peut être envahi par un champignon, la fumagine. Les feuilles se recouvrent alors d’une sorte de suie noire, qui gêne la photosynthèse de la plante. Nettoyez le miellat et la fumagine à l’aide d’eau et d’un peu de savon.

Comment lutter naturellement contre les pucerons ?

Selon l’ampleur de l’infestation, voici quelques solutions biologiques à votre disposition pour se débarrasser des pucerons.

Lutter manuellement contre les pucerons

Si l’infestation de pucerons reste limitée, vous pouvez écraser les pucerons, ou brosser les feuilles et les tiges de votre plante pour en enlever les pucerons et leurs œufs. Sinon, un jet d’eau suffisamment puissant permet de décoller les pucerons de votre plante.

Pulvériser du savon noir

Si la colonie de pucerons est bien installée, vous pouvez pulvériser du savon noir, un insecticide naturel. Diluez 1 cuillère à café de savon noir dans un litre d’eau. Vaporisez la solution sur les pucerons 2 fois par semaine jusqu’à en venir à bout. En revanche, s’il s’agit d’une attaque de pucerons de grande ampleur, cela peut vite devenir fastidieux.

A noter : le savon noir ne fait pas de distinction entre les « bons » et les « mauvais » insectes, les insectes indésirables et les insectes auxiliaires. En pulvérisant du savon noir, vous risquez de tuer aussi les insectes prédateurs des pucerons, qui régulent naturellement leur population.

Recourir au prédateur naturel des pucerons : la coccinelle

Coccinelle prédateur naturel pucerons

Les coccinelles, et en particulier leurs larves, sont l’un des prédateurs les plus efficaces des pucerons ! Une coccinelle peut manger jusqu’à 100 pucerons par jour. Encore plus voraces, les larves de coccinelles peuvent manger jusqu’à 150 pucerons par jour.

Pour lutter contre les pucerons, vous pouvez introduire des larves de coccinelles ou des coccinelles adultes à la rescousse de vos plantes envahies. Contrairement aux coccinelles adultes, les larves ne peuvent pas s’envoler.

Vous en trouverez par exemple sur le site Biogrowi, une entreprise familiale belge spécialisée dans la lutte biologique. Vous pouvez bénéficier de 10% de réduction sur leur site Internet avec le code affilié #TROQUETAPLANTE10 ! (N’oubliez pas le ‘#’).

Il s’agit de la coccinelle Adalia bipunctata, une espèce indigène que l’on trouve naturellement en Europe. Elle ne présente aucun danger pour la biodiversité de votre jardin, bien au contraire. Dans les années 1990, des coccinelles asiatiques ont été importées pour lutter contre les pucerons. Malheureusement très invasives, elles représentent aujourd’hui une menace pour les espèces locales, dont elles mangent les larves.

Pour que les coccinelles introduites restent bien dans votre jardin, mieux vaut créer un environnement accueillant. La profusion de pucerons est déjà un bon départ !

Voici quelques astuces pour attirer et conserver les coccinelles dans votre jardin :

  • N’utilisez pas d’insecticides ou autres produits chimiques ! Elles y sont très sensibles.
  • Cultivez leurs plantes préférées, comme la fève, la capucine. l’absinthe, la bourrache, la centaurée, l’anthémis, les orties, la carotte sauvage.
  • Installez des hôtels à insectes, où elles peuvent passer l’hiver à l’abri des intempéries et des prédateurs.

👉 Les larves de chrysopes sont également efficaces pour lutter contre les pucerons, elles n’en feront qu’une bouchée ! Les chrysopes, c’est un peu le MacGyver des insectes prédateurs. Elles dévorent les araignées rouges, les thrips, les pucerons et même les cochenilles farineuses. Si vos plantes sont touchées par plusieurs insectes nuisibles, je vous les recommande !

Cultiver des plantes répulsives et des plantes aimants à pucerons

Pour lutter biologiquement contre les pucerons, vous pouvez cultiver des plantes répulsives ou au contraire des plantes « pièges », qui concentrent leur attention.

Certaines plantes, à l’image de la capucine, sont de véritables attrapes-pucerons. Elle les attire comme un aimant ! Planter de la capucine permet de détourner l’attention des pucerons des autres plantes, qu’ils laissent tranquilles. Dans mon jardin, les capucines sont systématiquement remplies de pucerons noirs.

D’autres plantes possèdent un effet répulsif des pucerons. L’odeur qu’elles dégagent les font fuir. C’est par exemple le cas de l’aneth, l’œillet d’Inde, le souci, la lavande, la tanaisie, l’absinthe, la rue officinale.

Capucine une plante attrape pucerons
La capucine, un véritable aimant à pucerons

Vous êtes prêts à vous débarrasser des vilains pucerons ! N’hésitez pas à partager vos astuces pour lutter contre les pucerons en commentaires 😉

Vous retrouverez d’autres articles sur les insectes « nuisibles » dans la rubrique Les insectes nuisibles :

Si mes articles vous sont utiles, n’hésitez pas à me soutenir via ma cagnotte KissKissBankBank. Chaque petit don compte ! 💚

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *